Essai auto Trajectoire Magazine : Volvo S60

    S60 – MEET the world car

    Volvo doit ses succès à des qualités reconnues : un sens de l’esthétique abouti, un soin minutieux apporté aux détails et une exigence de qualité hors du commun. La nouvelle S60 a des ambitions tout simplement mondiales. Preuve que la marque a confiance en ses arguments.

    Fierté : c’est le mot que les concepteurs de la toute nouvelle S60 prononcent, et il s’explique aisément. Pour la première fois, un simulateur hautement performant a été utilisé dès les premières étapes de la conception. Non pour jouer à rouler, mais simplement pour que des êtres humains ressentent physiquement les réactions des choix technologiques effectués. Pour corriger ce qui n’était pas assez convaincant, ou pas suffisamment abouti. Cette manière de procéder a par exemple incité les ingénieurs à modifier le train arrière. L’ensemble amortissement- suspensions devait être peaufiné pour procurer un réel sentiment d’agilité lorsque la route est sinueuse.
    Fierté : la voiture existe, elle roule, elle peut même être commandée, et c’est la Volvo la plus agréable à conduire jamais construite, disent ses « parents ».

    Le monde comme horizon

    Dans le passé, les « world cars » étaient, chez beaucoup de constructeurs, une sorte de compromis mou aboutissant à des modèles sans personnalité, avec des destins contrastés, parfois éphémères. Volvo a choisi la base inverse : créer une ligne à l’incontestable beauté, exprimant une vraie force de caractère, sans ostentation. Les codes chers à la marque sont interprétés avec une élégance indispensable à la catégorie des berlines de taille moyenne. La calandre sobre, ornée d’un logo imposant, en fait partie. Reconnaissables entre tous, les feux de jour brandissent avec fierté le fameux Mjöllnir, le marteau de Thor, dieu utilisant la foudre pour délivrer les humains des démons qui les assaillent. Les flancs alternent des arrondis doucement sculptés, ce qui suggère le mouvement. L’arrière semble issu d’un bloc de fonderie ; son aspect solide assoit la voiture.

    Plaire au monde entier devient un défi. L’habitacle n’a pas été conçu en fonction d’une hypothétique sensibilité américaine, européenne ou asiatique, il l’a été pour exprimer une parfaite logique et faire sentir à tous les occupants à quel point le souci du confort a été présent à chaque étape de la patiente conception de la S60. La prise en main immédiate doit tout aux préoccupations de cibler la meilleure ergonomie possible. A cela s’ajoute un sens de la beauté dont l’origine nordique est indéniable. Les formes simples composent un ensemble harmonieux, la fonction n’est jamais sacrifiée au profit d’un effet de style, elle reste le fondement du dessin. Le vrai luxe ne réside pas dans l’ostentation,
    mais dans la pertinence de l’esthétique en relation avec l’usage de l’objet.

    L’avenir est en marche, en toute sécurité

    Les moteurs sont parmi les plus aboutis de toute l’industrie automobile. Deux d’entre eux proposent déjà un ensemble thermique- électrique, avec la possibilité de charger la batterie pour n’utiliser que le courant sur plusieurs dizaines de kilomètres. Appelés T6 Twin Engine AWD pour celui développant 340 ch et T8 Twin Engine AWD pour la version la plus puissante de 390 ch, ils assurent des niveaux d’émissions bas sans sacrifier la moindre parcelle du caractère sportif de la nouvelle S60. Les motorisations T5 et T6 largement éprouvées figurent également au catalogue. Animées de cette manière, elles vont toutes favoriser un réel plaisir de rouler.

    Essai auto Trajectoire Magazine : Volvo S60
    Essai auto Trajectoire Magazine : Volvo S60

    Prononcer le nom de Volvo suffit à évoquer la sécurité. Les capteurs, les assistances à la conduite, les dispositifs axés sur la prévention des accidents et destinés, s’ils surviennent tout de même, à atténuer leurs effets sont multiples et issus d’une expérience unique au monde. Cela commence par la détection : piétons, cyclistes ou grands animaux, caméras et radars ne laissent rien passer. Ensuite, les alertes effectuent le premier travail. Enfin, si la réaction du conducteur tarde ou n’est pas appropriée, la voiture prend en charge elle-même le freinage d’urgence ou la manoeuvre d’évitement.

    Toute cette technologie participe également au confort. Elle aboutit déjà à une première étape de la conduite autonome. En l’état, c’est davantage un garde-fou qu’un système permettant de se passer de sa concentration. Après tout, l’effort a porté sur le plaisir de conduire, il n’est pas question de le céder pour le moment. Sauf dans le trafic en accordéon, où il est agréable de laisser sa voiture se déplacer en toute tranquillité. De l’usine américaine partiront toutes les S60, pour le monde entier. Cette unité de production renforce la capacité de fabrication de Volvo, en s’ajoutant à celles qui existent en Europe, au nombre de trois, et aux quatre autres sises en Chine, sans compter les installations d’assemblage en Inde et en Malaisie.
    « World car » ? On ne saurait mieux dire ! —

    Par Gil Egger – Trajectoire Magazine N°126

    Back to top

    Essai / Demande D’offre

    * Obligatoire